Espace Sécurisé
Mot de passe oublié ?

CHAUNY
Canton: Chauny
Arrondissement: LAON
Variante:
Ancien nom: Calnacum, Calniacum, Cauniacum, Calviniacum, Chauniacum.
Population: 13092
Patron: Notre Dame
Lien: http://www.ville-chauny.fr/
(Site officiel de la ville de Chauny : )
Mairie: Place de l' Hôtel de Ville
Tél : 03 23 38 70 70
lundi au vendredi : 8H30-12H et 13H30-17H
Informations Utiles
 - Relevés
 - Cotes des microfilms aux AD02
 - Monuments aux morts
 - Cimetières
 - Hommages
 - Articles
 - Personnalités
 - Noms de lieux
 - Les gens
 - Visites virtuelles
 - Photos de famille

Hôtel de Ville - Photo Guy Destré
 
Aujourd'hui | Autrefois
Histoire :
Ville de l’ancien Vermandois, bâtie sur la rive droite de l’Oise, à 40 k. à l’O. de Laon, autrefois de la généralité de Soissons, siège de bailliage, de l’élection et diocèse de Noyon, aujourd’hui chef-lieu de canton, de l’arrond. de Laon, diocèse de Soissons.
Chauny paraît s’être formé autour d’un château-fort qui fut bâti sur cet emplacement vers la fin du 9e siècle, avec les débris de Condren, par les comtes de Vermandois. Il avait acquis assez d’importance au 12e siècle, pour que Philippe d’Alsace, en prenant possession du comté de Vermandois, crut devoir lui accorder, en 1167, une charte communale claquée sur celle de St-Quentin (V. ce mot). Peu d’années après, à l’occasion des démêles qui s’élèvent entre ce seigneur et le roi de France, Chauny fut pris par ce dernier, repris par Philippe d’Alsace, et en définitive resta au roi qui, en 1213, accorda aux Chaunois, ses nouveaux sujets, une autre charte de commune calquée encore sur celle de St-Quentin qui venait d’être refondue. Ce fut à la suite de cette concession que les Chaunois entourèrent leur ville de ses premières fortifications. Chauny fut pris en 1411 par le duc de Bourgogne qui fit jeter à terre ses murs, et livré aux Anglais sept ans après, mais remise sous l’obéissance du roi en 1430 par les habitants qui rasèrent alors le château. Reprise en 1471 par le duc de Bourgogne, cette ville fut mise à feu et à sang. Maximilien d’Autriche en fit le siège à son tour sept ans après, et elle fut encore pillée et brûlée en 1552 par le comte de Roeux. Les Espagnols l ‘attaquèrent en 1652 et la prirent malgré une héroïque résistance. Chauny possédait autrefois plusieurs petits établissements religieux. Au commencement du 12e siècle, il existait dans l’église N.D. un petit collège de chanoines qui, en 1125, fut transformé en une abbaye de chanoines réguliers sous la règle de St Augustin. Mais ceux-ci quittèrent Chauny pour aller s’établir à Commenchon en 1139. Une petite communauté de frère croisé s’établit dans cette ville en 1486, et quatorze ans après il y fut fondé un couvent de Cordelières. Les Minimes s’y introduisirent à leur tour vers 1605, et les filles de la croix, vouées à l’instruction des jeunes filles pauvres, vers 1640, Chauny avait une maladrerie dès le 12e siècle. Un hôtel-dieu y fut fondé dans les siècles suivant et existe encore. Cette ville possédait en outre un bailliage royal qui y avait été établi au 16e siècle, et une maîtrise des eaux et forets. Cette maîtrise fut supprimée en 1669, pour être remplacée par un simple gruerie. Une compagnie d’arquebusiers fut établie au commencement du 17e siècle à Chauny. Chauny jouissait, dès le 13e siècle, d’une foire annuelle qui se tenait le jour d la décollation de St-Jean. D’abord d’un seul jour, Philippe-le-Bel permit en 1304 qu’elle durait deux jours. Elle a depuis été reporté au 29 d’août, jour au quel elle se tient encore. Lors de la division du territoire français en départements, Chauny avait été érigé en chef-lieu de district. Ce district fut supprimé par la constitution de l’an III, avec le tribunal de 1re instance qui y siégeait. Il existait autrefois à Chauny un grand nombre de coutumes bizarres ou singulières que le défaut de place ne nous permet pas de rapporter ici, dont ont peut voir les détails dans l’histoire de cette ville publiée par nous en 1851. on y trouve l’explication des coutumes pratiquées sous les noms de Jeudi Jaudiau, fête des Brandons, fête du vert et du Guy, du Gardien de la Mariée, etc. on y lit aussi l’histoire originale d’un vacher de cette ville nommé Tout-le-Monde. Culture en 1760, 675 arp. de terres, 30 arp. de chènevières, 150 arp. de bois, 150 arp. de près, 300 arp. de pâtures, deux étangs.
Les armes de Chauny étaient : d’azur, à une tour d’or, ajoutée d’une porte et de fenêtres de sable, accompagné de 6 fleurs de lys mises en orle
 
Lieux dit :
Arbre de Saint Eloi
 
 
Sources : Dictionnaire Historique, généalogique et géographique du département de l'Aisne. Melleville- Fiche Jean Gape
INSEE
Pages jaunes
  454
Association Généalogie Aisne - BP 79 02102 Saint-Quentin Cedex- Tél : mardi et mercredi de 15 h 30 à 17 h et le vendredi de 17 h 30 à 19 h au numéro 06 45 41 55 73 E-mail : contact@genealogie-aisne.com - Déclaration CNIL 1089279-ISSN 1760-4982
  -  Mentions légales 
Généalogie-Aisne