Espace Sécurisé
Mot de passe oublié ?

CRECY SUR SERRE
Canton: Crécy sur Serre
Arrondissement: LAON
Variante: Crassy ou Kercy
Ancien nom: Creciacum, Cressiacum, Criciacum ou Crecium ad Saram
Population: 1537
Patron: Saint Rémi
Lien:
Mairie: 2 avenue des Ecoles
Tél : 03.23.80.80.01
lundi au vendredi : 8-12h et 13h30-18H
samedi 8H30-12H
Informations Utiles
 - Relevés
 - Cotes des microfilms aux AD02
 - Monuments aux morts
 - Cimetières
 - Hommages
 - Articles
 - Personnalités
 - Noms de lieux
 - Les gens
 - Visites virtuelles
 - Photos de famille

Le beffroi-Photo : A.Demolder
 
Aujourd'hui | Autrefois
Histoire :
Bourg de l'ancien Laonnois, bâti sur les deux rives de la Serre, à 15km au Nord de Laon, autrefois la généralité de Soissons, des bailliage, élection et diocèse de Laon, aujourd'hui chef-lieu de canton, arrondissement de Laon, diocèse de Soissons.
ll y a lieu de croire que Crécy est le Crusciniacum (écrit Crusciacum dans une charte de l'an 955) du testament de St Rémi, et non Crugny-en-Tardenois. Ce prélat tenait ce domaine de Ste Geneviève à qui il avait été donné au 5ème siècle par le roi Clovis, et à sa mort il en fit cadeau à l'église de Reims, des mains de laquelle il passa d'abord dans celles des moines de St Rémi de Reims, puis dans celles des religieuses de N.-D. de Laon. C'est à Crécy qu'en l'an 673, Thierry, roi de Neustrie, fuyant devant Ebroin qui le poursuivait parce qu'il lui avait retiré la charge de maire de son palais, fut atteint par ce même Ebroin et contraint de lui rendre cette charge.
Au 12ème siècle, Crécy appartenait, comme nous l'avons dit, à l'abbaye de N.-D. de Laon. Le fameux Thomas de Marle, étant devenu l'avoué de cette maison religieuse par suite de son mariage avec Melissende de Crécy, en profita pour faire bâtir un château-fort dans ce bourg. Mais ayant eu le malheur de s'aliéner le clergé par la protection qu'il accordait ouvertement aux Laonnois coupables de la rébellion de 1111, le roi vint en personne assiéger ce fort en 1115, l'emporta d'assaut et fit passer au fil de l'épée tous ses défenseurs, à l'exception des gentilshommes.
Baudoin, abbé de St Jean de Laon, affranchit les habitants de Crécy de la servitude , en 1190, et leur octroya une charte de commune dont les principales dispositions sont calquées sur celles de Laon. Il y ajouta quelques autres dispositions particulières, parmi lesquelles on doit remarquer les suivantes :
Les habitants de Crécy et Ceply durent reconnaître tenir toutes leurs terres à cens de l'abbaye de St Jean, et en conséquence lui devoir la 10ème gerbe pour dîme, la 12ème pour terrage, et pour vinage la dîme du vin récolté sur le terroir. Chaque chef de ménage s'engagea à lui payer annuellement pour capitation, trois deniers de bonne monnaie, et par chaque maison deux deniers. Il était accordé à tout individu qui voudrait s'établir sur le terroir de Crécy, un terrain de 200 pieds de long sur 60 de large, pour y bâtir une maison, sous la seule condition de payer à l'abbaye de St Jean un cens annuel de deux sous. Le mayeur et les échevins étaient laissés à la nomination des habitants qui, en échange de ces droits et franchises, s'engagèrent à payer annuellement à la même maison, un marc d'argent fin au poids de Troyes, un autre marc d'argent en place du droit de forage qui était aboli, et à accompagner l'abbé de St Jean, en armes et à leurs frais, toutes les fois qu'ils en seraient requis., pourvu cependant qu'ils pussent rentrer dans leur foyer le jour même.
Le 14ème siècle fut pour Crécy une époque de désastres sans fin. Edouard III, roi d'Angleterre, ayant pénétré dans la Thiérache en 1339, traversa ce bourg, avec ses troupes et y mit tout à feu et à sang. Vingt ans après, les Anglais y commirent de nouveaux ravages et ils incendièrent en 1373 ; le bourg entier fut consumé par les flammes. Enfin, ils vinrent encore le piller en 1380. L'église de Crécy, qui avait échappé à ces désastres, fut incendiée par les calvinistes en 1568. Les ligueurs s'emparèrent de ce bourg en 1589 ; mais il leur fut repris peu après par les royalistes.
Au siècle suivant, ce fut le tour des Espagnols. Ils le pillèrent une première fois en 1648 ; quatre ans après, ils l'incendièrent.
Une troupe française qui vint s'y loger en 1653, se porta aux mêmes excès et y mit le feu ; 25 maisons furent brûlées avec quantité d'autres bâtiments.
Enfin ,en 1712, le partisan hollandais Growestein non content de frapper une contribution de guerre sur ce bourg, y mit encore le feu qui consuma 60 maisons.
Un Hôtel-Dieu fut fondé à crécy en 1686 et confié à deux religieuses dont l'une devait se consacrer à l'éducation des jeunes filles pauvres. En 1695, Louis XIV réunit à cet hospice les maladreries d'Origny, Bronchamp, Pont-à-Bucy et Etouvelles. Culture en 1760 ;
  • 33 charrues de terres
  • 450 arpents de prés
  • 40 arpents de bois
  • 60 arpents de vignes, autant de chenevières
  •  
    Hameaux :
    CEPLY ou CIPLU : Hameau ou ferme dépendant de Crécy-sur-Serre, aujourd'hui détruit, mais qui était encore un fief au siècle dernier. Il fut adjoint à la commune de Crécy en 1190.
     
     
    Sources : Dictionnaire historique, généalogique et géographique du département de l'Aisne. Melleville-Fiche : V. Joathon
    INSEE
      78
    Association Généalogie Aisne - BP 79 02102 Saint-Quentin Cedex- Tél : mardi et mercredi de 15 h 30 à 17 h et le vendredi de 17 h 30 à 19 h au numéro 06 45 41 55 73 E-mail : contact@genealogie-aisne.com - Déclaration CNIL 1089279-ISSN 1760-4982
      -  Mentions légales 
    Généalogie-Aisne