Espace Sécurisé
Mot de passe oublié ?

MONT NOTRE DAME
Canton: Braine
Arrondissement: SOISSONS
Variante: Primitivement SAURELE, puis MONT STE MARIE.
Ancien nom: Mons Sanctoe Marioe in pago Tardenensi.
Population: 657
Patron: Ste Marie-Madeleine.
Lien:
Mairie: 8 rue Châtillon
02220 Mont Notre Dame
Tél : 03.23.54.80.27
Mardi au Vendredi : de 16h00 à 18h00
Informations Utiles
 - Relevés
 - Cotes des microfilms aux AD02
 - Monuments aux morts
 - Cimetières
 - Hommages
 - Articles
 - Personnalités
 - Noms de lieux
 - Les gens
 - Visites virtuelles
 - Photos de famille

L'église - Maryse Trannois
 
Aujourd'hui | Autrefois
Histoire :
Village de l'ancien Tardenois, bâti autour d'une colline isolée en forme de pain de sucre, à 40 k. au sud de Laon et 25 à l'est de Soissons, autrefois de l'intendance, des bailliage, élection et diocèse de cette ville, aujourd'hui du canton de Braine, arrond. et diocèse de Soissons.
Ce village est fort ancien. Il appartenait d'abord aux rois de France, qui plus tard le donnèrent à des vicomtes. Il s'y tint six conciles dans les années 589, 960, 972, 973, 977 et 985. Deux synodes y furent également tenus en 1015 et 1023. On y voyait autrefois un château-fort composé de plusieurs corps de logis, dont le principal était flanqué de quatre grosses tours et renfermait un haut donjon. Les Anglais pillèrent le Mont-Notre-Dame et les lieux voisins en 1359. Charles VII le reprit en 1427 aux Bourguignons qui l'occupaient. Le château fut alors démoli à la prière et aux frais des Rémois ; mais il fut sans doute rebâti, car au 16e siècle les religionnaires résolurent de le raser, parce que du haut de ses remparts on apercevait tous leurs mouvements et que la garnison en avertissait, par des signaux, les populations voisines. Ils vinrent donc l'attaquer, mirent le feu aux bâtiments, démantelèrent les tours et incendièrent l'église, dont les combles furent consumés. Ils saccagèrent ensuite le village de manière à n'y laisser aucune maison habitable. Les Espagnols ayant pénétré dans le pays en 1650, les paysans d'alentours se réfugièrent dans les tours de l'église du Mont-Notre-Dame où ils entassèrent leurs meubles. Mais les Espagnols les y découvrirent, mirent le feu à ces matières combustibles et la plupart d'entre eux périrent dans les flammes. Une collégiale fut fondée au Mont-Notre-Dame dans le courant du 12e siècle par Gérard de Roussillon, qui avait, dit-on, épousé la fille d'un comte de Soissons. On y voyait d'abord 11 chanoines et un doyen ; mais les guerres du 16e siècle ayant réduit le nombre de ces chanoines à 5, on prit le parti, en 1674, de réunir les revenus de cette collégiale au séminaire de Soissons. L'église du Mont-Notre-Dame est un vaste et beau vaisseau, qui fut bâti, dit-on à tort, sur le modèle de l'église de Soissons ; elle fut brûlée plusieurs fois, notamment en 1650. Il y avait autrefois au Mont-Notre-Dame une maladrerie qui fut réunie à l'Hôtel-Dieu de Château-Thierry en 1676, et un petit Hôtel-Dieu que l'on réunit à celui de Soissons en 1696.
Dédiée au culte de Sainte Marie Madeleine depuis le IXe siècle par ses fondateurs Gérard de Roussillon et Berthe son épouse, une vaste collégiale s'est élevée sur la colline appelée Mont Haut.
Bâtie aux XIIe et XIIIe siècle, détruite et reconstruite jusqu'à son anéantissement le 03 août 1918 par l'armée Allemande. Des ruines, renait celle que nous apercevons aujourd'hui grâce à sa flèche de 70 m de haut.
Pur style art déco, elle est reconstruite de 1929 à 1933 par les architectes G. GRANGE et L. BOURQUIN.
L'intérieur de l'église surprend par sa lumière douce et reposante qui invite au recueillement et à la médiation.
Le baptistère fermé par une superbe grille en fer forgé attire le visiteur par sa lumière bleue.
Longtemps décriée, cet ensemble exceptionnel d'architecture, statues, vitraux, mobiliers, vêtements sacerdotaux, est le vivant témoignage de son époque. Culture en 1760, 12 charrues, produisant froment et seigle par moitié, 7 arp. de vignes, 200 arp. de prés, 150 arp. de bois, beaucoup de chanvre.
 
 
Sources : Dictionnaire Historique de Melleville, Pages jaunes, Wikipédia.
INSEE
  641
Association Généalogie Aisne - BP 79 02102 Saint-Quentin Cedex- Tél : mardi et mercredi de 15 h 30 à 17 h et le vendredi de 17 h 30 à 19 h au numéro 06 45 41 55 73 E-mail : contact@genealogie-aisne.com - Déclaration CNIL 1089279-ISSN 1760-4982
  -  Mentions légales 
Généalogie-Aisne